Quand les Cigales financent les fourmis

Date de publication : 
Juillet 2017

Créé en janvier dernier, le club Cigales “ Châtel’élan ” cherche des projets à financer. Lumière sur cet insecte qui fait bien plus que chanter tout l’été.

" Financer des projets de création d'entreprises "

Alain Bouchon, cogérant de Châtel'élan, lève le voile sur cette mystérieuse organisation : « Dans un club Cigales, on trouve des individus d'horizons divers qui se regroupent pour mettre dans un pot commun une partie de leur épargne personnelle, et ce tous les mois. Le but est de financer des projets de création ou de reprise d'entreprises. »
L'opération est simple : les investisseurs du club entre au capital de la nouvelle société en y restant minoritaire. Si le projet marche, le porteur de projet doit rembourser la somme investie au bout de cinq ans, ce qui correspond à la durée de vie maximale d'un club Cigales. Si le projet ne marche pas, l'entrepreneur ne doit rien. C'est ce qu'on appelle le « financement au capital-risque ».
Plus encore qu'un simple coup de pouce financier, les investisseurs du club Cigales sont aussi là pour accompagner le porteur de projet dans son aventure. « Pour chaque projet financé, nous désignons un parrain et une marraine au sein du club, qui seront les référents du porteur, souligne Alain Bouchon. Nous essayons toujours de choisir ces référents en fonction de leurs affinités avec le projet et des compétences qu'ils pourront y apporter. »

Recherche contributeurs et entrepreneurs

Chef d'entreprise, banquier, commerçant, comptable, infirmière, secrétaire d'administration… Les professions des onze contributeurs solidaires de Châtel'élan sont en effet très variées, et apportent une crédibilité supplémentaire aux projets supportés, notamment auprès des banques et des investisseurs publics.
Les candidatures sont donc ouvertes à la fois pour d'éventuels nouveaux « cigaliers » souhaitant contribuer, mais surtout bien entendu aux porteurs de projets. « Après six mois d'épargne, nous avons environ 1.400 € à débloquer, conclut Alain Bouchon. Les seules contraintes sont géographiques - nous ne financerons que des projets émanant du Grand Châtellerault - et éthiques puisque nous choisirons forcément un projet dans la veine de notre engagement solidaire et progressiste. » L'appel est lancé.

Contact : chatelelan@ gmail.com